avril 23, 2024

Les différentes catégories des droits de l’homme

On parle souvent de droit de l’homme sans savoir ce qu’il renferme vraiment. On pense seulement qu’il s’agit de combattre les injustices infligées à autrui. Ce n’est pas tout à fait faux mais dans le cas où l’on souhaite engager une poursuite judiciaire, est-ce suffisant ? Nous allons donc voir dans cet article clés différentes catégories des droits de l’homme.

Les droits civils et politiques

Ce sont les libertés et droits fondamentaux. Elles permettent à un citoyen de se défendre contre les dérives de l’État à son encontre ou à l’encontre de ses concitoyens. Ces droits lui garantissent alors la liberté d’action et d’engager une procédure. Ils ont un caractère juridique obligatoire au niveau international depuis la déclaration universelle des droits de l’homme en 1948.

Les droits civils et politiques ramènent surtout au droit à la vie, à l’interdiction de la discrimination, de la torture et des traitements inhumains. Ils interdisent également l’esclavage et prônent la liberté de pensée, de conscience et de religion, la liberté d’association et de réunion, la liberté d’opinion et d’expression. Enfin, ils protègent la vie privée et la vie de famille, ainsi que le droit d’avoir une procédure judiciaire équitable.

Les droits économiques, sociaux et culturels

Ces droits servent tout particulièrement à protéger l’individu contre toute forme d’exploitation. Ils donnent à chacun le droit de participer à la richesse sociale. De ce fait, ces droits concernent tout ce qui a trait au travail et toutes les conditions y afférentes. Ils commencent donc par la permission de tout individu à avoir droit au travail et à l’exercer dans des conditions correctes et acceptables. Ils concernent également le droit de s’associer à un syndicat, de bénéficier de la sécurité sociale, de la protection de la famille, de la maternité et des enfants. Ce texte de loi prône également le droit à un niveau de vie convenable. Ce dernier consiste surtout à l’accès à l’alimentation, l’habillement et au logement.

Les droits sociaux visent une amélioration constante des conditions de vie. Ils soulignent alors le fait de devoir accorder à tout individu le droit à la santé, le droit à l’éducation, le droit de participer à la vie culturelle, aux progrès scientifiques et à leurs applications. Ils permettent également de protéger sa propriété intellectuelle. Ils sont en vigueur au niveau international et sont inscrits dans le Pacte de 1966 adopté par l’Assemblée Générale des Nations Unies le 16 décembre de cette année.

Les droits collectifs

Les droits collectifs sont aussi appelés « la troisième génération » des droits humains. Ils concernent surtout le droit à l’autodétermination des peuples. Ils stipulent que le peuple a le droit de disposer de leurs richesses naturelles et d’un environnement satisfaisant. Ces droits lui accordent également le droit à la paix, à la sécurité et au développement. Ils figurent dans la Convention africaine des droits de l’homme, notamment dans la Charte de Banjul des droits de l’homme et des peuples du 27 Juin 1981, art. 20-24.

Malheureusement, il est encore impossible d’appliquer ces droits à ce jour parce que la conception juridique de ces dispositions n’a pas encore été clarifiée. L’engagement des parties n’est pas encore déterminé. Donc on ne sait pas si on doit s’en tenir à l’État, à la communauté internationale ou à l’individu. On ne sait pas non plus, qui y a droit : l’individu, un groupe de personnes, les minorités, les groupes de peuples autochtone ou les États. Autant de questions restent en suspens parce qu’on n’a pas su trouver des réponses unanimes. Pour le moment, il n’y a que le droit au développement qui est reconnu par les Nations Unies et se retrouve régulièrement dans l’ordre du jour des réunions sur les droits de l’homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *