avril 23, 2024

Avocat et juriste : Quelles différences ?

Les métiers de juristes et d’avocats sont complémentaires, mais différents. Bien qu’il s’agisse de métiers de droit, leurs missions et obligations ne sont pas les mêmes. Il est d’ailleurs faux de penser qu’il s’agit d’un seul et unique métier. Ils ne sont pas non plus exercés par les mêmes personnes. Quelles sont alors les différences fondamentales entre ces deux professions ?

Les fonctions

Les domaines d’expertise du juriste et de l’avocat sont assez éloignés. Leurs fonctions se rejoignent peut-être en matière de conseils juridiques, mais les ressemblances s’arrêtent là.

Le juriste

Le juriste, plus spécifiquement le juriste d’entreprise, est un individu habileté à donner des conseils juridiques. Il s’agit là de sa fonction première. Il peut dans certains cas fournir des consultations sur le plan juridique. Le juriste dispose à cet effet de connaissances spécifiques sur :

–          Les droits des entreprises

–          Les droits immobiliers

–          Les droits en contrat de travail

–          Les droits commerciaux, etc.

Il exerce généralement et uniquement auprès d’une entreprise ou d’une société. Contrairement aux avocats qui peuvent s’établir en cabinet comme CHETRIT ATLAN KARINE et se spécialiser. Il appuie l’entreprise dans toutes ses démarches juridiques, commerciales, sociales, fiscales, etc.

L’avocat

L’avocat est chargé d’assister et de défendre ses clients. Ses fonctions s’étendent au-delà de la cour de justice. Il a une parfaite maîtrise du droit des victimes pour plaider efficacement pour ses clients.

Il joue aussi le rôle de conseiller pour ses clients même en dehors d’une plainte. C’est également lui qui assiste à la signature d’un contrat légal entre deux parties. C’est un agent de justice polyvalent qui peut travailler pour plusieurs clients en même temps. Il peut en outre exercer en individuel, dans une société civile ou d’avocats. Il peut ainsi être un collaborateur libéral ou salarié. Il s’occupe de :

–          Certifier des actes

–          Représenter son client

–          Résoudre des conflits pacifiquement, etc.

Les réglementations

Pendant que le juriste défend les intérêts d’une entreprise, l’avocat peut aussi en faire autant. Ce dernier peut également représenter des particuliers, chose impossible pour le juriste.

Le juriste

Un juriste n’est pas tenu au secret professionnel. Il n’est pas non plus obligé de se faire assurer pour responsabilité professionnelle. En revanche, en cas de litige, les dossiers du juriste peuvent être saisis. Sa responsabilité n’est pas engagée s’il arrive que ses conseils juridiques ne profitent pas à l’entreprise qui l’a recruté.

Il rédige pour cette dernière des actes sous seing privé et l’assiste exclusivement en interne. Dès lors, il n’est soumis qu’aux règles émises par l’entreprise et n’a aucune obligation d’indépendance.

L’avocat

En ce qui concerne l’avocat, il est tenu de garder secret le contenu de ses contrats. Cette règle reste valable même à la fin de l’engagement. Même si l’avocat peut avoir plusieurs clients en même temps, il ne peut représenter deux clients ayant des divergences d’intérêts. Il se doit d’être loyal.

S’il arrive en revanche qu’il donne de mauvais conseils, il en sera tenu responsable. Il est donc tenu par la règle de l’indépendance. Cette dernière stipule qu’il ne devra pas donner des conseils sous contraintes ou à des fins personnelles. Il est en outre couvert par la responsabilité professionnelle. Cette assurance est obligatoire pour tous les avocats.

Le parcours scolaire

Il s’agit d’une différence majeure entre juriste et avocat.

Le juriste

Le juriste dispose généralement d’un bac+5 en droit :

–          Des affaires

–          Droit social et/ou droit de la propriété intellectuelle

–          Droit fiscal

Il n’y a pas de qualifications professionnelles particulières à avoir sauf celles exigées par les recruteurs.

L’avocat

Il devra disposer d’un bac+4 ou +5 en droit. Il passe ensuite l’examen pour entrer au CRFPA (Centre Régional de Formation Professionnelle d’avocats). En cas de réussite, il suit une formation d’un an et demi puis passe l’examen de sortie. Il s’agit du CAPA (Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat) qui lui donne le droit d’exercer.

Seules des entreprises sont habilitées à engager un juriste pour s’occuper du pôle juridique de leurs structures. Elles peuvent aussi se tourner vers un avocat pour plus de confidentialité. Les particuliers sont tenus de faire appel à un avocat. Que ce soit pour des litiges, un divorce ou des conseils juridiques, c’est le professionnel le plus adapté aux particuliers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *